Accueil

Le minimalisme

En tant que mouvement de refus de l'accumulation

Dernière mise à jour le 25/02/2018

Créé le 05/02/2018

Dans un monde où l'accumulation est la norme, certains décident aujourd'hui de vivre avec moins de biens. Ils souhaitent se concentrer sur d'autres aspects de la vie ou simplement faire des économies ou même gagner en autonomie. Dans cette publication nous listerons les livres, articles et événements principaux ayant conduits au minimalisme.

Sociologie de la consommation

31/05/2017

"Sociologie de la consommation" de Vincent Chabault, apporte en particulier un éclairage sur les pratiques d’achat. Il est très sourcé, comme en témoigne l'introduction (pages 1 à 7).

Plus

Un faux minimalisme

12/01/2017

Plus
27/10/2016

Le neuro-consommateur

Un livre de Michel Badoc et Anne-Sophie Bayle-Tourtoulou. Alors que le consommateur se croit conscient et rationnel, son cerveau prend, le plus souvent, des décisions inconscientes et irrationnelles. Fondé sur de multiples recherches neuroscientifiques et sur de nombreuses applications en entreprises, cet ouvrage est le premier livre fondamental apportant une vision complète et approfondie sur "les décisions d'achats inconscientes et instinctives des consommateurs".

Plus

Le paradoxe des choses : faire face à l'encombrement aux États-Unis

06/02/2015

Plus

TEDx : Une vie riche avec moins

18/04/2014

Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus aborde dans une conférence TEDx le minimalisme, de la valeur de la communauté et de la découverte de ce qui rend les gens riches.

Plus

Minimalisme moderne

11/10/2013

Plus
25/11/2013

Michel Callon

Une action collective organisée, impliquant divers acteurs et leurs représentations de la société (du concepteur qui tente de programmer un usage spécifique, au professionnel du marketing ou au détaillant), vise à créer un « processus d’attachement marchand » (Sociologie des agencements marchands, p. 380-381), c’est-à-dire un lien réciproque entre un produit ou un service et le consommateur.

Plus

Vivre une vie qui a du sens

08/12/2011

Sortie du livre "Minimalism: Live a Meaningful Life" par Joshua Fields Millburn et Ryan Nicodemus.

Plus

Minimalisme extrême

02/05/2011

Plus
27/04/2011

Simon Langlois

La sociologie de la consommation ne peut se concevoir indépendamment du système de production de marchandises et de son environnement – publicité, marketing, système de distribution – qui existent en dehors du consommateur et qui favorisent l’ajustement marchand (l'année sociologique volume 61 n° 1 - "sociologie de la consommation", p. 11).

Plus

25 raisons pour lesquelles vous pourriez être un minimaliste

09/03/2011

Plus
10/2010

Neuromarketing

Bernard Roullet et Olivier Droulers écrivent le livre "Neuromarketing". Cette discipline emprunte aux sciences du cerveau les concepts, méthodologies et techniques pour mieux sonder et comprendre le consommateur. Nous rentrons alors dans une nouvelle ère où la manière de considérer et de concevoir l’esprit, la cognition et la conscience de l’acheteur et du consommateur ont radicalement changés.

Plus

Le minimalisme expliqué

15/09/2010

Plus

L’Abondance frugale

14/04/2010

Apparition du terme "Abondance frugale" avec le livre de Jean-Baptiste de Foucauld "L’Abondance frugale, pour une nouvelle solidarité".

Plus

Qu'est-ce que le minimalisme ?

13/09/2009

Plus

Les bénéfices du minimalisme

11/08/2008

Plus
25/09/2008

Pour une anthropologie de la consommation. Le monde des biens

Sortie en français du livre de Mary Douglas, initialement sorti en anglais en 1979 sous le titre "The World of Goods". L'auteur s'interroge sur les mécanismes qui nous poussent à désirer des objets.

Plus
11/10/2007

Olivier Assouly

La structuration des goûts, centraux et indispensables à la consommation (Goûts à vendre. Essais sur la captation esthétique).

Plus
2007

Ronan Le Velly

Ronan Le Velly observe le travail des démonstrateurs de foires ce qui illustre le fait que la consommation se construit aussi dans le cadre d’interactions marchandes. La description fine des séquences de la démonstration (créer un lien de proximité, donner des conseils « gratuits », exagérer le niveau des remises) met en évidence les différentes techniques de vente élaborées qui reposent sur le contrôle des significations attribuées au produit, à son prix mais aussi à sa propre personnalité. Si tout ne se joue pas dans l’interaction marchande – les dispositions des consommateurs sont essentielles –, les décisions se déterminent aussi lors de la démonstration commerciale, par les signes de confiance émis par le vendeur et par sa façon d’interpréter le comportement des acheteurs potentiels (Les démonstrateurs de foires - Des professionnels de l'interaction symbolique - Ethnologie française Vol. 37, p. 143 - 151).

Plus
25/04/2006

Dominique Desjeux

L’anthropologue Dominique Desjeux définit la méthode des itinéraires qui vise à reconstituer la dynamique sociale dans laquelle l’achat est inséré. Il s’agit alors, par la réalisation d’observations et d’entretiens, d’analyser les sept étapes du processus de consommation des objets : la décision dans le logement, le déplacement vers le lieu d’acquisition, le moment de l’acquisition, le rangement, la préparation de l’usage, l’usage, l’abandon (La consommation, p. 90 et suivantes).

Plus
27/06/2005

La vie liquide

La consommation apparait, aux yeux de nombreux individus, comme le signe de la réussite mais également comme une garantie d’intégration sociale (Zygmunt Bauman, La vie liquide, p. 127-184, sorti le 16/01/2013, réédition en français de Liquid Life sorti en 2005).

Plus
14/01/2004

L'hyperconsommation

Selon le philosophe Gilles Lipovetsky ou l’économiste Philippe Moati, la société de « l’hyperconsommation » a remplacé la société de consommation. Celle-ci est caractérisée par l’extension du modèle de la consommation à l’ensemble du corps social (Lipovetsky, Les temps hypermodernes, 2004, La Société d'hyperconsommation, 2006 ; Moati, La société malade de l'hyperconsommation, 2016). La sphère marchande s'est étendue jusqu’aux affects et aux relations interpersonnelles. Il contribue à une crise du sens et à la fragmentation de la société.

Plus
2003

Benoît Heilbrunn

La consommation ne se réduit pas à la satisfaction de besoins primaires (alimentation, logement, habillement) ou secondaires (ceux plus sophistiqués comme la culture). S’expliquant par d’autres types de motivation, elle renvoie plus largement à un ensemble de « pratiques identitaires par lesquelles les individus manipulent, et échangent du sens et des valeurs au-delà de l’aspect strictement fonctionnel des biens et services » (Revue française de gestion n°145, p. 131-144 - Modalité et enjeux de la relation consommateur-marque).

Plus
17/09/2001

Robert Rochefort

Un bien ou un service regroupe en réalité deux composantes. Une première composante est liée à son usage. Une seconde, immatérielle, renvoie à « tout ce qui est attaché à l’objet de consommation mais qui ne procure pas strictement un usage matériel et concret […]. Ce sont en quelque sorte toutes les caractéristiques de ce qui se consomme en complémentarité de la fonction d’usage » (p. 33-34). La composante immatérielle s’appuie sur de nombreuses caractéristiques du produit ou du service dont les plus fréquentes sont « le pouvoir évocateur, variable d’un individu à l’autre, lié à la marque ou à la dénomination retenue ; le design et ce qu’il suggère ; les formes et les couleurs ; l’adéquation à la mode, au groupe social de référence, à la classe recherchée ; l’emballage ; l’évocation de la qualité ; et sa mise en scène commerciale » (La société des consommateurs, p. 34-35). L’alliance de ces deux composantes invite ainsi à réfléchir aux différentes significations de la consommation pour l’individu.

Plus
2000

Franck Cochoy, Sophie Dubuisson-Quellier

Les décisions des consommateurs sont influencées par l’action de « professionnels du marché ». Ceux-ci incluent des concepteurs, designers, acteurs du marketing, publicitaires, situés en amont de la place marchande, auxquels on peut ajouter, sur la scène commerciale, les distributeurs qui ont une fonction d’encadrement et d’incitation à la consommation ("Les professionnels du marché", Sociologie du travail, 2000, vol. 42, n° 3, Numéro Spécial.).

Plus

La simplicité volontaire

1985

Apparition du terme "Simplicité volontaire" avec le livre de Serge Mongeau "La Simplicité volontaire, ou comment harmoniser nos relations entre humains et avec notre environnement".

Plus

Joachim Marcus-Steiff

1961

Les déterminants des pratiques d’achat ne sont pas seulement d’ordre économique et ne sont pas toujours de type rationnel et utilitaire (Les études de motivation, p. 57-58).

Plus

Commentaires

Pour commenter, proposer des idées... ou même remarquer des erreurs (?), rejoignez notre Chat en cliquant sur ce bouton :

Commentez sur le Chat Demain

Vous trouverez un salon pour parler de cette page mais aussi pleins d'autres pour partager sur d'autres thèmes.